Dernière modification de la page effectuée le 29 09 2016 à 23:03

logo aicmc

Association internationale des collectionneurs de moulins à café

drapeau allemand drapeau anglais drapeau français
drapeau italien drapeau neerlandais drapeau espagnol

Historique de l'AICMC

Pourquoi une association ?

moulin trompe d'elephantLe moulin à café est l'un de nos plus beaux objets d'art populaire, sa variété est infinie, les modèles innombrables.
Il a accompagné et rythmé la vie de nos aïeuls depuis le règne de Louis XIV.
Le café est apparu en France en 1669 et ce fut alors le dbut d'une extraordinaire aventure pour ce moulin broyeur.
A cette époque, évidemment, le moulin à café tel que nous l'entendons aujourd'hui n'existait pas.
On s'est donc servi des moulins à épices très en vogue à la cour. Ces petits broyeurs étaient fabriqués sur commande, souvent de vrais chefs-d'oeuvre et étaient confectionnés dans les essences de bois les plus rares, rien n'était trop beau pour satisfaire la noblesse.
Mais rapidement, il a fallu imaginer un autre ustensile, car les grains de café encrassaient la noix et la contre-noix du mécanisme. Les dinandiers se sont mis à la tâche, et très vite apparurent de multiples modèles, la plupart en fer puis, au fil du temps, le moulin prit la forme qu'on lui connaît de nos jours.
De table, mural, de comptoir, militaire, de voyage, tous ces objets sont les témoins de leur temps, et depuis le milieu du 19ème siècle, avec l'industrialisation, le compagnon fidèle de la ménagère.

moulin mural Pas une famille qui ne possédait un moulin, car le café (en grain) était devenu d'un prix relativement abordable pour les couches moyennes. Quant à la population ouvrière, elle y mélangeait de la chicorée pour en diminuer le coût. Mais le moulin était toujours là dans la cuisine, modeste ou non. Vers les années 1930 le moulin mural connut un vif succès, détrôné ensuite par le moulin électrique.

En 1944, l'arrivée des GI's Américains sonna le glas des moulins à café.
En effet, le paquetage de nos libérateurs contenait du café soluble. Le succès de ce café moulu fut "instantané". Fini la corvée quotidienne, vive le monde moderne !
La mouture prit le pas sur le grain et, au tout début de ce siècle, force est de constater que le moulu est largement majoritaire dans les linéaires des supermarchés.
Malgré cette quasi et inéluctable disparition, ou à cause d'elle, des passionnés se sont intéressés à ces moulins devenus inutiles. Mais chacun les collectionnait dans son coin, la documentation faisait défaut, peu de communication, aucun échange.

Ce bel objet d'art populaire ne méritait pas un tel anonymat !
moulin de table Il tait grand temps de briser l'isolement des mylokaphephiles. C'est ce que nous avons fait en créant en Décembre 1988 l'AICMC.
Et nous avons réussi à rassembler rapidement quelques collectionneurs convaincus de la ncessité de notre démarche.
Notre bulletin a fait le lien entre nous, l'Assemblée Générale a permis aux passionnés de se connaître et la bourse d'échange a été un succès immédiat.
La documentation a circulé, par l'intermédiaire de notre bulletin. Les catalogues de fabricants de moulins ont été photographiés et largement diffusés auprès de nos adhérents.
Quelques amis se sont même lancés dans la recherche d'artisans capables de fabriquer des pièces détachées "à l'identique" : couvercles et godets de moulins muraux, tiroirs et couvercles de moulins de comptoir, écussons Peugeot, petites pièces mécaniques, etc......... nombre de moulins ont pu être ainsi restaurés et retrouver leur état d'origine.

La création de l'AICMC racontée par le président fondateur:


President HerpinJe suis dans mon bureau, au laboratoire à Orsay, on frappe à la porte, c'est un collègue de travail qui brandit le Figaro Magazine. En pleine page de cet hebdomadaire, trône la photo du chef du restaurant Lassere, Marc Daniel. La vedette lui est donnée car outre sa notoriété en matière de gastronomie, il collectionne les moulins à café. Je consulte plus attentivement l'article, et soudain un déclic se produit dans ma tête.
En fait, notre Association venait d'être conçue, il fallait la faire naître.
Je recherche le numéro de téléphone du célèbre restaurant, j'appelle, on va le chercher, je me présente, on se donne rendez-vous, on devient ami. Marc est enthousiaste quant à mon projet, mais il nous faut encore convaincre deux amis de nous rejoindre, car quatre personnes sont nécessaires à la création d'une Association.
Je contacte deux amis collectionneurs : Marc Médine à Calais et Karl Ernst à Hambourg, le choix de ce dernier n'était pas innocent, car d'une part ce chef d'entreprise était féru de moulins et de plus il nous donnait sa caution pour l'appellation Internationale, bien joué ! Une fois les quatre complices d'accord sur le principe, l'affaire n'a pas traîné. J'ai été chargé par mes trois amis de faire les démarches nécessaires, pour que cette Association naisse au plus vite....Statut ......Préfecture....Journal Officiel. L'affaire a été rondement menée.
Notre premier adhérent fut........une adhérente : Gisèle Mourey.
Le premier bulletin parait en Décembre 1989.
Le bouche à oreille fonctionne bien, et de mois en mois les adhésions se font relativement nombreuses. Les premières Assemblées se font au siège social, le président au fourneau et au moulin.
Comme vous pourrez le constater, nous essayons, dans la mesure du possible, de varier le site de nos Assemblées Générales afin de contenter le maximum d'adhérents.

Franois Herpin
Mentions légales
Site réalisé par les adhérents de l'AICMC - © AICMC 2012 - Tous droits réservés
Toute reproduction est interdite sans l'accord écrit de l' AICMC
L'association ne s'implique absolument pas dans les transactions commerciales des collectionneurs.
Elle ne s'intéresse qu'à la valeur patrimoniale des objets.
F. A. Q.