Dernière modification de la page effectuée le 29 09 2016 à 23:02

logo aicmc

Association internationale des collectionneurs de moulins à café

drapeau allemand drapeau anglais drapeau français
drapeau italien drapeau neerlandais drapeau espagnol

Petite histoire du café

1. Les origines du café
2. Les origines du mot café
3. Le café part à la conquete du
4. Les oppositions au café
5. Les cafés phénomènes de
6. Les hommes illustres et le café
7. Développement de la culture du café
8. Le caféier, sa culture, traitement des grains
9. Les variétés de café
grain de caf

1- Les origines du café

razes Les origines de la découverte du café sont très difficiles à situer dans le temps mais, il semblerait qu'un médecin arabe du nom de Rhazes (hammed Ibn Zakaria al-Razi, Abu-Bakr), en aurait cité les effets sur le comportement humain dans ses écrits au environ de l'an 900 .
Une chose est pratiquement certaine, le café a été découvert dans la corne de l'Afrique de l'est plus exactement en Abyssinie aujourd'hui éthiopie où le caféier pousse à l'état sauvage.
Certains situent cette découverte entre le 5° et 6° siècle,
mais les conditions dans lesquelles elle est intervenue restent mystérieuses et sont alimentées par différentes légendes dont deux sont fréquemment citées.




La légende du baton de Bata Maryam (origines du caféier)

Bata Maryam, pèlerin en Abyssinie, fut pris d'un malaise alors qu'il priait et il s'affaissat sur son baton qui sous son poids s'enfonça en terre.
Quand il reprit connaissance, il découvrit, avec stupéfaction, que celui-ci était couvert de feuilles et portait des fleurs et des baies rouges.
C'était, dit la légende, le premier caféier.

La légende de Kaldi (découverte du café )

berger khaldi Un jeune berger nommé Kaldi gardait les chèvres du couvent de CHAHODET en Abyssinie.
Un jour, il constata que celles-ci aient devenues fougueuses, turbulentes et infatigables après avoir brouté les baies rouges d'un arbuste sauvage qu'il ne connaissait pas.
Curieux, il les gouta et constata, après quelques temps, que son coeur battait plus vite et que la fatigue de la journée s'était estompée.
Le soir Kaldi ramena des baies au prieur du couvent qui en fit une décoction qu'il servit aux autres moines.
Ceux-ci, contrairement à leur habitude restèrent éveillés une partie de la nuit.
Cette boisson leur devint journalière sous le nom "dit-on" de Qahwa qui signifie en arabe "ce qui ravit et donne de l'énergie".
Une autre version dit que, lors d'un incendie de foret, les caféiers, en brulant, dégagèrent une délicieuse odeur.
Les témoins ramassèrent les grains grillés et, après les avoir écrasés, en firent une boisson .
Cependant on ne connait ni le lieu ni l'époque de ce fait.




2- Les origines du mot café

Le sujet est source de beaucoup d'hypothèses donc d'incertitudes.
Géographiquement, celle de Kaffa, région d'éthiopie où le café poussait à l'état sauvage, est plausible.
Plus poétiquement, on peut retenir les mots arabes "qahwa" ou "cahoueh" synonymes de "force et vigueur" ou le turc "kahve" signifiant "roti à la poèle".
L'encyclopédie Larousse retient ce dernier en indiquant son évolution italienne par "cavee" puis "caffe".
Beaucoup de personnes dont Philippe Sylvestre Dufour s'intéressent dès 1685 aux origines du mot "café".
Certains disent devoir l'appeler "bunchun en latin" et "bon" en français avant qu'il ne soit moulu.
D'autres désignent le café en poudre par "cavet", "cahue", "cavean", "choana", "chaube" et meme "cahueh".
L'énigme de l'origine véritable du mot café n'est pas encore élucidée.

3- Le café part à la conquete du monde

Dès le 8° siècle, les Arabes connaissaient et consommaient le café mais sous forme de décoctions de feuilles et de baies auxquelles ils ajoutaient des épices telles que le clou de girofle.
Cette pratique est probablement restée longtemps confinée aux régions proches (Abyssinie et Arabie) car aucun des écrits rédigés lors des croisades du 11 au 13° siècle n'en fait mention.
C'est au 15° siècle que les Arabes "inventent" la boisson que nous connaissons.
Les grains sont séchés, grillés sur des pierres plates puis pilés dans des mortiers.
Le moulin à café n'existait pas encore. La poudre obtenue est ensuite délayée dans de l'eau très chaude.
Cette "invention" a aussi une légende. Au Yémen, deux moines nommés Scialdi et Ayrdus rentrent leur récolte journalière de café laquelle est trempée par la pluie.
Pour la faire séher, ils placent les grains devant un feu de bois brulant dans la cheminée puis partent à la prière.
Quand ils reviennent quelques heures plus tard, les grains sont plus que secs car grillés par la chaleur.
La délicieuse odeur qui s'en dégage leur donne l'idée de les écraser finement et d'utiliser de l'eau chaude pour en faire une excellente boisson.
Cette légende illustre, peut-étre, la 1ere torréfaction.
Vers 1550 , sous le régne de Soliman le Magnifique, le café fait son apparition en Turquie et c'est en 1554 qu'ouvre à Constantinople le 1er établissement où l'on sert du café appelé "kahve".
C'est le fameux "café turc" bouilli, non filtré et sans sucre qui allait très vite devenir boisson nationale.
C'est probablement à cette époque que les turcs conçurent les 1ers moulins à café à partir de leurs moulins à épices bien antérieurs.
soliman le magnifique
A la fin du 16° siècle, les explorateurs occidentaux font état de la grande consommation en Orient d'une boisson inconnue qui va vite susciter des convoitises.
C'est un médecin allemand, Léonard Rauwolf, qui, après 10 années passées au Moyen Orient, fut le premier occidental en 1583 à décrire le café comme breuvage "boisson aussi noire que de l'encre" disait-il.
Au début du 17° siècle, des marins hollandais arrivent à introduire des plants de caféier à Ceylan, en Inde et à Java.
Le monopole jusqu'alors exercé par les Arabes va prendre fin.
En 1615, la 1ere cargaison de café vert arrive à Venise première ville d'Europe à recevoir la précieuse denrée.
C'est dans cette ville que s'ouvrira en 1647 la première "Maison du Café" servant cette boisson.
Devant la multiplication de ce type d'établissement, le gouvernement de Venise en limita le nombre par la loi.
C'est en 1660 que la 1ere cargaison de café venant d'Alexandrie en égypte parvient en France à Marseille ville qui restera longtemps le seul port Français accueillant ce produit qui mettra plusieurs années avant de conquérir Paris.
Louis XIV En France, le Roi Louis XIV boira sa première tasse de café en 1664 mais c'est en 1669 que la noblesse française découvrit le café à l'occasion de somptueuses fetes données par l'ambassadeur de Turquie Soliman Aga.
Cette nouvelle boisson restera longtemps réservée aux riches et aux notables.
C'est à cette époque qu'apparurent en France les 1ers moulins à café dont certains étaient des oeuvres d'art comme le moulin en or de la Reine Marie Antoinette.
Si en 1683 les Turcs connurent une sévère défaite devant Vienne en Autriche, le café y remporta une éclatante victoire.
Voici comment !
Un polonais Franz Kulschitzki réussit à pénétrer dans le camp des Turcs qui assiégeaient la ville et à revenir avec de précieux renseignements sur leur dispositif militaire qui permirent aux troupes du Duc de Lorraine de délivrer la ville.
En récompense, Kulschitzki reçut la nationalité Autrichienne et quelques 500 sacs de café abandonnés par les Turcs produit totalement inconnu des Autrichiens.
Il eut également l'autorisation d'ouvrir un débit de café qu'il nomma "Zur Blaven Flaches" (la Bouteille Bleue en français).
Le café qu'il servait était préparé à la Turque c'est-à-dire non filtré et sans sucre.
Très amer il n'était pas apprécié des Viennois.
Il eut alors l'idée de le filtrer et d'y ajouter de la crème de lait et du miel pour l'adoucir.
Ce fut un succès... le café viennois et le café créme venaient d'etre inventés.
En 1919, en France, le café viennois devint le café liégeois en hommage à la résistance de la ville de Liége à l'occupation allemande.
Le meme Kulschitzki demanda aussi à un boulanger voisin Peter Wender de lui confectionner des petits pains de forme originale pour etre servis avec le café.
Celui-ci eut l'idée de leur donner la forme du croissant pour rappeler la défaite des Turcs.
Les mots croissant et viennoiserie trouvent l'à leur origine.
croissant
Fin 17° début 18° siécle, les Hollandais introduisirent le café en Asie (Inde, Java, Ceylan) mais en 1880 une maladie parasitaire détruisit toutes les plantations à Ceylan et la culture du thé remplaça en grande partie celle du café.
A cette époque Amsterdam devint le centre mondial du café.
Les Français, ne sont pas en reste. Ils introduisent le café en Martinique d'où il partira à la conquete de l'Amérique et notamment du Brésil.
En Europe dès le 1° siècle, le café entre dans la gastronomie à travers les patisseries, les glaces et les crèmes.
On fabriquait aussi des tablettes, des dragées et des liqueurs de café.
La " mondialisation " du café était effective et c'était, avec le pétrole, le produit le plus diffusé sur la planète.

4- Les opposants au café

Qu'ils soient d'ordre politique, religieux ou social des obstacles se sont dressés devant le café tout au long de son histoire.
En Arabie, en 1511 à la Mecque, l'émir Khan Bey interdit le café dont le pouvoir euphorisant était, selon lui, contraire aux lois du Coran.
Il doit revenir sur sa décision sous la pression populaire.
En Turquie, le Gouverneur déclenche des émeutes en fermant les cafés et doit vite les rouvrir pour ramener l'ordre.
En Italie, à la fin du 16° siècle, l'église demande au pape Clément VIII d'interdire le café qualifié de "boisson de Satan".
Le pape ne cède pas mais demande que le café soit béni avant d'etre consommé.
En France, en 1660, lors du premier arrivage de café à Marseille, les vignerons, soutenus par les médecins, manifestent pour s'opposer à la consommation du café soit disant concurrent du vin.
En Angleterre, en 1667 ce sont les femmes qui tentent de faire interdire le café qui, selon elles, "accapare leur mari" mais quelques années plus tard le café sera supplanté par le thé et ce pour des raison purement politiques et économiques les colonies Anglaises étant devenues de gros producteurs de thé.
En Prusse, au 18° siècle, Frédéric le Grand interdit la possession de café sans autorisation officielle ceci dans l'unique but de sauvegarder la consommation de bière.
Parmi les épisodes de la "guerre" café-thé celle de la Boston Tea Party est éloquente.
Fin 18° siècle, en Amérique, et sous l'influence Anglaise, le thé prend le pas sur le café.
Le roi d'Angleterre Georges III en profite pour décréter le Stamp Act augmentant considérablement les taxes d'importation du thé dont la Compagnie des Indes (entreprise Anglaise) avait le monopole.
Les colons Anglais de Boston se révoltèrent, è tous les stocks de thé sous douane dans le port et les jetérent à la mer.
La répression fut très dure mais renforça la volonté des colons qui abandonnèrent le thé pour le café.

5- Les cafès phènomènes de société

marchant ambulant Au 14° siècle, en Orient, avant la création des lieux spécifiques à la dégustation du café, celui-ci était servi dans la rue par des marchands ambulants, pratique qui s'étendra à tout l'occident.
Le premier des lieux a été créé en 1554 en Turquie à Constantinople (aujourd'hui Istanbul) où il se multiplièrent rapidement devenant très conviviaux par une décoration soignée et la présence de musiciens.
Ils portaient le nom de "kahvehane".
En Occident, c'est à Venise en 1647 qu'ouvrit la premiére "Maison du café" type d'établissement qui se multiplia au fil des ans dans toutes les grandes villes d'Europe et meme jusqu'aux Etats-Unis à Boston et à New York.
A Londres c'est en 1652 qu'ouvre le premier "Coffee House" et, devant le succès, des centaines virent rapidement le jour.
Parmi eux, celui créé par Edward Lloyd devint un rendez-vous des hommes d'affaire et se transforma en club le "New Lloyd Coffee House" pour finalement donner naissance à la fameuse compagnie d'assurance.
En 1654 une "Maison du café "ouvre à Marseille. C'est sans doute la premiére en France.
cafe
A Paris en 1672 un Arménien nommé Pascal ouvre une boutique "La Maison du Cuova" à la foire St Germain.
D'autres l'imitent mais leur existence sera éphémère du fait de la mauvaise qualité du café servi.
cafe Procope Cette meme année un notable Sicilien ouvre à Paris un établissement moderne et convivial le "Café Procope".
C'est le premier lieu à porter le nom de "café" lequel devint usuel pour désigner les débits de boisson qui se multiplièrent.
Paris en comptait 380 en 1720, 3000 en 1845 et dépassera les 15000 au XXe siècle.
Le Café "Procope" connait un immense succès.
Très vite à l'étroit il déménage à coté de la comédie Française où il accueille les célébrités littéraires telles que La Fontaine, Rousseau, Musset, Balzac, etc.....
Ce succès perdure car, après plus de 300 ans depuis sa création, le "Procope" existe toujours.
Les cafés de Paris deviennent des lieux de rencontres et d'échanges mais sont peu à peu accaparés par des influences artistiques où politiques.
Ainsi le Café Bourette est celui des littéraires tandis que les musiciens sont au Café des Arts.
Autour du Palais Royal ce sont les "cafés politiques" où l'opinion de chacun est connue en fonction du lieu qu'il fréquente.
Les royalistes sont au "Valois", les Jacobins à "La Cuirasse" les Girondins au "Caveau".
C'est Boulevard du Temple qu'apparaissent les premiers "cafés chantants" où l'on peut écouter des chansons en buvant le café et qui sont à l'origine des "Cafés Concert" et plus tard du "Music Hall".
Peu à peu, chaque village de France possède son Café, lieu de rencontre pour ne pas dire "de vie" représentant pour les habitants un véritable lien social.

6- Les hommes illustres et le café

Les vertus stimulantes du café ont, de tous temps, conquis les artistes écrivains et savants qui le considéraient comme un adjuvant à leur créativité.
Jean Sébastien Bach écrivit à Leipzig entre 1734 et 1738 la Cantate du café n° 24 .
Beethoven en était un grand amateur. Maniaque, il allait jusqu'a compter les 60 grains de café qu'il estimait nécessaires pour confectionner une tasse.
Rossini n'en consommait que durant le temps qu'il lui fallait pour écrire une oeuvre c'est-à-dire 2 à 3 semaines.
Goldini aussi illustre en Italie que Molière en France écrivit une pièce de théatre "Bottega del Café".
Louis XIV en était un passionné. Il cueillait lui-meme les fèves sur les caféiers des serres de Versailles, les torréfiait et préparait personnellement sa boisson servie dans des cafetières en or.
Honoré De Balzac , auteur de la Comédie Humaine fit une étude approfondie sur le café et ses effets sur l'homme. Il en consommait jusqu'à 30 tasses par jour.
Voltaire buvait beaucoup de café qu'il mélangeait à du chocolat. A ses proches qui le mettaient en garde contre les excès de café il répondait "Voici quatre-vingt ans que j'essaye de m'empoisonner".
Napoléon en était grand consommateur. Une anecdote raconte que, durant le blocus imposé par l'Europe,
l'empereur, en traversant un village, perçut une odeur de café venant du presbytère.
Il y pénétra et demanda "que faites-vous Monsieur le curé?" celui-ci répondit "Comme vous le voyez, Sire, je fais comme vous je brule les dernières colonies".
Fontenelle , neveu de Corneille, répondait à ceux qui le mettaient en garde contre " l'empoisonnement par le café"" Il faut qu'il soit très lent car voici 80 ans que j'en consomme " Il finit centenaire !!!!
Brillat-Savarin , célèbre gastronome, préconisait la préparation du café selon la méthode à la "Dubelloy" c'est-à-dire "écraser les grains dans un pilon en bois, mettre la poudre dans un récipient en porcelaine percé de petits trous, verser l'eau bouillante sur le café, réchauffer jusqu'à ébullition la décoction obtenue puis la repasser une nouvelle fois".
De nombreuses autres anecdotes existent certainement.

7- Le développement de la culture du café

Si le caféier a été découvert à l'état sauvage dans l'actuelle éthiopie, sa culture a commencé vers le 8° siècle dans les pays voisins en Arabie et plus particulièrement au Yémen dont le port de "Moka" (Al Mukha en arabe) allait devenir la plaque tournante du commerce du café.
Le nom de" Moka" vient d'ailleurs d'une variété de café particulièrement riche en caféine.
carte de l'ethiopie
Jusqu'au 17° siècle, les Arabes garderont jalousement le monopole de cette culture allant jusqu'à ébouillanter les grains exportés pour en empecher la germination.
Vers 1690, des marins Hollandais parviennent à subtiliser aux Arabes quelques plants de caféiers qui sont introduits à Ceylan (aujourd'hui Sri-Lanka) et à Java puis en Indonésie et jusqu'en Inde.
Les Arabes vont perdrent leur monopole et les Hollandais devenir rapidement maitres du marché du café.
Le jardin botanique d'Amsterdam reçoit de Ceylan des plants de caféiers qu'il distribue aux jardins des différents pays d'Europe sauf à la France qui est alors en guerre contre la Hollande.
Ce n'est qu'à la signature du traité d'Utrecht en 1713 que la ville d'Amsterdam, offre en gage d'amitié, un plant de caféier au roi Louis XIV qui le confie à Antoine de Jussieu directeur des jardins du roi qui va en assurer la multiplication.
Gabriel de Clieu Vers 1720, Gabriel de Clieu, représentant du roi Louis XIV en Martinique, remarque, lors d'un séjour en métropole, l'engouement pour le café et obtient du docteur du roi, Monsieur de Chirac,2 plants de caféiers.
Un seul survivra à la traversée mais, 50 ans plus tard, des millions de caféiers couvrirons la Martinique et la Guadeloupe.
La concurrence est féroce car les Hollandais ont déja introduit, en 1714, le caféier dans leurs possessions en Amérique du Sud.
On dit aussi......
Qu'au Brésil, les plantations ont vu le jour par des graines subtilisées en Martinique en 1723.
Qu'en Colombie, au début du XXe siècle, les paysans refusaient de plan ter des caféiers car il fallait 4 à 5 ans avant la première récolte d'où l'absence de revenus pour leur vie quotidienne.
Un pretre de la commune de Salzaar eut alors l'idée, lors de la confession de ses fidèles de donner comme pénitence la plantation de 3 ou 4 caféiers d'où la production actuelle de ce pays.
Au XXe siècle, le Brésil est le 1er producteur mondial de café d'où le déclin presque total des plantations Françaises des Antilles.
De nos jours, le caféier est implanté dans pratiquement tous les pays où le climat est propice mais certains,
notamment en Asie du Sud-est, y ont substitué le thé moins concurrencé car plus exigeant sur le climat.
Au fil des années, les variétés de cafés mais aussi de thés se sont multipliées présentant un éventail de saveurs capables de satisfaire tous les gouts dans le monde entier.

8- Le caféier, sa culture, traitement des grains

Le caféier:
cafier C'est un arbuste de la famille des Rubiacées d'une hauteur de 6 à 8 mètres de haut maintenu entre 3 et 5 mètres par la taille.
Il s'écoule 3 à 5 ans entre sa plantation et la première récolte qui s'éléve à environ 2,5 kgs de baies par sujet.
Il ne fleurit pas à une température inférieure à 15° et nécessite entre 1500 et 2000 mm d'eau par an.
Sa durée de production est d'environ 30 ans mais il peut vivre de 60 à 100 ans.
Très sensible aux maladies et aux insectes, il nécessite de fréquents traitements phytosanitaires.
Le rendement des plantations industrielles atteint, grace à la sélection d'hybrides, 2 à 10 tonnes à l'hectare contre 0,7 à 1 tonne dans les exploitations familiales.
Les fleurs :
Blanches à 5 ou 6 pétales, elles sont très odorantes comme celles du jasmin.
Elles ne durent que quelques heures, se fanent après la fécondation et sont remplacées par d'autres.
Un caféier peut engendrer 30.000 fleurs dans une année.
fleur du cafier
Les feuilles :
D'un vert persistant, elles poussent par paire de chaque coté des branches.
Celles du Robusta sont beaucoup plus grandes que celles de l'Arabica.
cerise de caf Les baies appelées "cerises"(ou "drupes" par les botanistes) sont mures 7 à 11 mois après la floraison.
Le degré de maturité est indiqué par leur couleur variant, au fil des jours, du vert au grenat puis au noir en passant par le rouge moment où elles sont cueillies.
Chaque cerise comprend 2 grains protégés par la pulpe et entourés d'une enveloppe cellulosique appelée "parche" pulpe et parche doivent etre enlevées avant la torréfaction.
Structure du fruit et de la graine du cafier :
1- sillon central.
2- grain de café (endosperme).
3- peau du grain (tégument ou baugue).
4- parchemin (endocarpe).
5- couche de pectine. 6- pulpe (mésocarpe).
7- peau du fruit (exocarpe).
structure d'un grain de caf

La cueillette:


ceuilleur de caf L'immaturité des cerises provoque l'amertume alors que l'excès de maturité (couleur grenat ou noire) engendre une acreté désagréable.
La cueillette manuelle nécessite beaucoup de main d'oeuvre qui peut représenter jusqu'à 50% du prix de revient.
Il existe 3 modes de cueillette manuelle:
Le "dépouillement"
qui consiste à arracher tout ce qui se trouve sur les rameaux (cerises mures ou pas )ce qui ne donne pas un café de qualité.
Le "Peignage"
qui, à l'aide d'un peigne souple, permet de ne récolter pratiquement que les cerises mures de couleur rouge.
La "sélection" ou "Picking"
où les cerises mures sont ramassées " une à une " mais cette méthode n'est pas applicable dans les grandes exploitations à cause de son cout en main-d'oeuvre.
Le peignage et surtout le picking donnent les meilleurs cafés.
La cueillette mécanique est réservée aux cafés courants car elle ne permet pas de ne ramasser que les cerises à bonne maturité.
Elle concerne les grandes exploitations car une machine peut remplacer jusqu'à 300 cueilleurs.

L'extraction des grains :


Pour obtenir le café torréfié, les cerises doivent etre traitées.
Il existe pour cela 2 méthodes:

La méthode humide(café lavé)
Comprend les opérations suivantes:
1- Trempage dans l'eau.
2- "Dépulpage" dans un dépulpeur.
3- Nouveau trempage pour éliminer par fermentation les restes de pulpe.
4- Lavage intensif (100 l d'eau pour 10 kgs de grains).
5- Séchage durant 10 jours au soleil ou 3 à 4 heures en étuve.
6- "Déparchage" mécanique par frottement pour enlever la parche.
La méthode sèche :(Café non lavé)
Les cerises sont d'abord séchées au soleil en couches minces durant 15 jours puis décortiquées.
Les grains obtenus sont ensuite nettoyés, triés par densité puis calibrés.
sechage du caf
Plus couteuse que la méthode séche, la méthode humide est réservée aux cafés de qualité supérieure.
Le café traité par voie humide est de couleur verte tandis que celui issu de la méthode séche est de couleur jaunatre.
100 kgs de crises fraiches donnent 20 kgs de café vert et 16,5 kgs de café torréfié soit une perte de poids de plus de 80%.
Selon une norme mondialement appliquée, le conditionnement du café destiné à la torréfaction se fait en sacs de 60 kgs.

La torréfaction :


torrefacteur La torréfaction est le " grillage " des grains pour les rendre aptes à la consommation.
Elle est réalisée dans des " grilloirs " cylindriques horizontaux dits " tambours" en constante rotation pour le grillage uniforme des grains.
Il existe 3 types de torréfactions :
1- La torréfaction dite "éclair" ou "flash"
La plus utilisée pour les cafés courants mais le grillage n'est pas toujours uniforme ne permettant pas le dégagement de tous les aromes.
Elle est réalisée en 90 secondes à 880 degrés.
2- La torréfaction dite "rapide"
Assez satisfaisante pour le dégagement des aromes.
Elle est réalisée en 10 minutes à 660 degrés.
3- La torréfaction dite à "L'ancienne"
élévation régulière de la température durant 20 minutes puis refroidissement rapide par brassage d'air.
Le café torréfié doit etre conservé à l'abri de l'air car son oxydation est rapide (20 jours pour le café en grains et 5 à 6 jours pour le café moulu).
Qu'il soit moulu ou en grain le café peut etre congelé à la condition qu'il soit empaqueté sous vide pour un café moulu et dans un récipient hermétique pour le café en grain.
Mais il est important de ne pas ouvrir le contenant pour la décongélation, afin de ne pas produire de condensation sur les grains ou la mouture, mais seulement à l'extérieur de l'emballage.
Il ne faut pas oublier que le café s'oxyde lorsqu'il entre contact avec l'oxygène, l'humidité et la chaleur.

9- Les variétés de cafés

Parmi la cinquantaine de variétés de café, deux sont les plus connues et surtout commercialisées :
L'Arabica (coffea arabica.)
Le robusta(variété de l'espèce coffea canephora).

L'arabica: (Prés de 70 % de la production mondiale)


C'est la variétéde l'arbuste originel découvert à l'état sauvage en éthiopie.
Il se développe entre 600 et 2000 metres d'altitude sous une température de 18 à 23°.Il s'écoule de 6 à 8 mois entre la floraison et la maturité des cerises.
Il craint l'exposition directe au soleil dont il est protégé, dans les plantations, par des arbres plus grands tels que les cacaotiers ou les bananiers.
Sa teneur en caféine est moins élevée que celle du Robusta (0,8 à 1,5 % contre1,6 à 2,7 % ).
L'Arabica est auto gamme c'est-à-dire qu'il s'auto-fertilise lui-meme sans intervention extérieure.
Il est surtout cultivé en Amérique Centrale, Amérique du Sud, Afrique de l'Est et quelques pays d'Asie et d'Océanie.

Le robusta:


Comme son nom l'indique il est plus résistant aux maladies que L'arabica.
Sa culture se situe en plaine et jusqu'à 600 metres d'altitude car une température de 22 à 26 à lui est nécessaire.
Il faut attendre 9 à 11 mois de la floraison à la maturité des cerises. et contrairement à l'Arabica, le Robusta doit etre fertilisé par des insectes butineurs allant d'un arbre à l'autre.
Sa teneur en caféine est nettement plus élevée que celle de l'Arabica Ses principaux lieux de culture sont l'Afrique, le Brésil et l'Indonésie.
Les cafés sont classés " arbitrairement " en fonction de leur gout "doux" "aromatiques" "corsés" "acides" "amers" mais certains pays produisent des cafés répondant simultanément à plusieurs de ces critéres.


carte cafe robusta



Mentions légales
Site réalisé par les adhérents de l'AICMC - © AICMC 2012 - Tous droits réservés
Toute reproduction est interdite sans l'accord écrit de l' AICMC
L'association ne s'implique absolument pas dans les transactions commerciales des collectionneurs.
Elle ne s'intéresse qu'à la valeur patrimoniale des objets.
F. A. Q.